Les membres de la FTQ-Construction et de l’Inter rejettent l’idée de devancer les chèques de vacances et d’annuler les vacances de la construction.

Les membres de la FTQ-Construction et de l’Inter rejettent l’idée de devancer les chèques de vacances et d’annuler les vacances de la construction.

Montréal, le 1er avril 2020  – À la suite d’une consultation de leurs membres, la FTQ- Construction et l’Inter, syndicats représentant 70 % des travailleuses et des travailleurs de l’industrie, prennent officiellement position contre l’idée d’avancer les chèques de vacances et d’annuler les vacances de la construction. En effet, plus de 80 % des répondants se sont officiellement prononcés contre ces propositions.

Le sondage concernait le devancement des chèques de vacances que les travailleurs accumulent chaque année et qui habituellement sont versés au mois de juin.

De plus, les syndicats sont contre la possibilité d’annuler les vacances de la construction qui doivent se tenir du 19 juillet au 1er août. L’annulation des vacances pour tous est une mesure extrême, considérant qu’il existe des dispositions pour permettre aux employeurs de négocier au cas par cas avec les règles déjà en place.

Finalement, il est important de rappeler que pour les deux organisations, la priorité à l’heure actuelle est de reprendre les activités dans l’industrie dans les meilleurs délais de façon saine et sécuritaire soit en respectant les principes de distanciation sociale, de lavage de main, d’isolement et de salubrité dont le premier ministre et le directeur national de santé publique nous parlent depuis le début de cette crise.

Citations:
« Les vacances de la construction ne doivent pas être remises en cause. En ce moment, les gens ne sont pas en vacances. Ils sont confinés dans des situations d’anxiété ou de maladie et s’occupent de leurs proches ce qui est loin d’être favorables au repos. Les vacances de la construction c’est essentiel non seulement pour la conciliation travail- famille, mais aussi pour la santé des travailleurs. » Éric Boisjoly, directeur général de la FTQ-Construction

« Il n’y a aucune raison de devancer les chèques de vacances ni d’annuler la période de vacances, à plus de 4 mois de leur début. Cette période névralgique dans l’industrie touristique doit être protégée pour faire partie de la relance de toutes les régions du Québec. De plus, il est important de rappeler que ces vacances sont planifiées longtemps d’avance, et ce dans plusieurs autres industries. Il est aussi prématuré que risqué de remettre cela en question. » Michel Trépanier, président du Conseil provincial (International)

Les membres de la FTQ-Construction et de l’Inter rejettent l’idée de devancer les chèques de vacances et d’annuler les vacances de la construction.

COVID-19 : La FTQ-Construction et l’Inter demandent la suspension temporaire des chantiers

Montréal, le 18 mars 2020 – Étant donné la nature des travaux de construction et de l’organisation du travail dans l’industrie, la FTQ-Construction et le Conseil provincial (International) demandent au gouvernement du Québec d’agir immédiatement pour la santé des travailleuses et des travailleurs de la construction et de suspendre temporairement les activités sur les chantiers de manière à établir et implanter les normes sanitaires et de santé et sécurité au travail nécessaires pour les protéger du Covid-19.

Des exceptions pourront être prévues pour les chantiers reliés aux services essentiels où des mesures exceptionnelles auront été implantées, en collaboration avec les intervenants, et avec une surveillance accrue de la part des autorités pour s’assurer d’un respect rigoureux des normes sanitaires.

Les deux associations syndicales demandent donc que les autorités sanitaires et le comité mis en place par la CNESST, en collaboration avec tous les intervenants de l’industrie, fassions une analyse exhaustive de la situation des chantiers de construction au Québec afin de recommander des normes claires et uniques pour tous ainsi que des moyens sévères pour les faire respecter.

Suite à la publication et l’implantation de ces normes, les travailleuses et travailleurs pourront retourner en chantier afin de poursuivre leur contribution active à l’économie québécoise et participer de façon sécuritaire au plan de relance du gouvernement du Québec.

La FTQ-Construction et le Conseil provincial (International) sont en mode collaboration avec les autorités. Nous participerons activement à toutes les actions nécessaires pour protéger les travailleuses et les travailleurs et pour que la suspension soit bénéfique pour l’industrie.

État de situation:
Depuis l’annonce des mesures d’isolement volontaire et de distanciation sociale par le Premier ministre du Québec, François Legault, les travailleuses et les travailleurs de la construction sont inquiets et cela se fait ressentir sur les chantiers. Depuis lundi, plusieurs centaines de travailleurs ont effectué des refus de travail parce que les mesures sanitaires de base et de distancement social ne sont pas respectées.

Les chantiers de construction ont les particularités suivantes:
● Des travailleurs nomades qui se promènent d’un chantier à l’autre.
● Des chantiers où les installations sanitaires sont inexistantes et le lavage des mains impossible.
● Des travaux en espace exigu et restreint qui nécessitent la présence de plusieurs travailleurs et où la distanciation de 1m n’est pas réalisable.

Il y’a plus de 20 000 chantiers au Québec regroupant plus de 190 000 titulaires de certificats de compétence.

Citations :

« Tel que le Premier ministre l’a déjà dit, pour freiner le virus, Il faut prendre des décisions rapidement. Nous lui demandons donc de suspendre temporairement les chantiers comme un geste de prévention pour que nos travailleuses et nos travailleurs ne soient pas les prochaines victimes de la pandémie et que l’on évite une propagation accélérée sur les chantiers. C’est un geste responsable et on s’attend à ce que les autorités prennent cette décision immédiatement. Nous sommes prêts à relancer l’économie mais de façon responsable et sécuritaire. Un temps d’arrêt ne sera que bénéfique.”
Michel Trépanier, président, Conseil provincial (International)

“Il est actuellement impossible de respecter les normes sanitaires de base sur la très grande majorité des chantiers au Québec. Dans ce contexte, il est irresponsable de poursuivre les travaux. Nos travailleuses et nos travailleurs ne sont pas des cobayes et ne peuvent continuer à travailler sans aucune protection. On ne peut pas improviser avec la santé et sécurité, il faut des mesures claires et s’assurer qu’elles soient mises en place. Il faut intervenir immédiatement”
Éric Boisjoly, directeur général, FTQ-Construction

Les membres de la FTQ-Construction et de l’Inter rejettent l’idée de devancer les chèques de vacances et d’annuler les vacances de la construction.

CORONAVIRUS : Les chantiers de construction ne sont pas prêts

Montréal, vendredi le 13 mars 2020– Le Conseil provincial des métiers de la construction (International) et la FTQ-construction déplorent que les chantiers de construction du Québec ne disposent pas d’installations sanitaires conformes pour lutter contre le coronavirus. Les deux syndicats de la construction demandent des actions concrètes et immédiates afin de remédier à la situation.

Impossible de se laver les mains
Alors que l’épidémie de coronavirus se propage, le gouvernement Legault demande aux citoyens et citoyennes de se laver les mains et aux entreprises d’accommoder les travailleurs et travailleuses avec du télétravail. Malheureusement, ni l’un ni l’autre n’est possible dans la construction. Depuis 2015, la réglementation oblige les chantiers de 25 travailleurs et plus de disposer d’installations sanitaires avec eau courante, mais les employeurs continuent d’utiliser des toilettes chimiques et sans lavabos. Résultat : sur un chantier de construction, il est impossible d’appliquer la mesure de prévention la plus élémentaire, se laver les mains.

« Depuis des mois, on voit le ministre du Travail exiger des mesures pour pallier aux besoins de main-d’œuvre et aux besoins de formations professionnelle. On a besoin de ce genre d’intervention pour la santé et l’hygiène de nos travailleurs. Ce n’est pas normal en 2020 qu’on n’ait pas d’installation pour se laver les mains! Où sont les mesures sanitaires pour les travailleurs et les travailleuses de la construction? » s’indigne Éric Boisjoly, directeur général de la FTQ-Construction.

« La santé des travailleurs de la construction n’est pas moins importante que celle des autres travailleurs du Québec. On a la possibilité de diminuer concrètement les risques de propagation de la maladie sur les chantiers et c’est en appliquant les normes déjà existantes. Il faut que le ministre du Travail et la ministre de la Santé fassent pression sur la CNESST pour appliquer le règlement! » ajoute Michel Trépanier, président de l’Inter.

Une longue lutte pour l’élimination des toilettes chimiques
Malgré l’introduction, en juin 2015, de dispositions visant à obliger l’utilisation de toilettes à chasse d’eau sur les chantiers de 25 travailleurs et plus, la FTQ-Construction et l’Inter sont toujours stupéfaits et dégoutés de constater que les travailleurs et les travailleuses sont encore obligés d’utiliser des toilettes chimiques qui n’ont ni lavabo, ni eau courante, ni savon et qui dans bien des cas ne sont pas chauffées en hiver ni aérée en été.  Dans certains cas, ils n’ont accès à aucune toilette. Il est grand temps que les employeurs respectent la réglementation.

 

Mieux voir pour réussir  – Nouveau programme du gouvernement

Mieux voir pour réussir – Nouveau programme du gouvernement

En septembre dernier le gouvernement du Québec lançait le programme Mieux voir pour réussir qui offre un remboursement de 250 $ à la suite de l’achat de lunettes ou de verres de contact (lentilles) pour tout enfant de moins de 18 ans. Ce montant est fixe : il ne varie pas en fonction du coût de votre achat. Seuls les achats effectués depuis le 1er septembre 2019 chez un opticien ou un optométriste au Québec sont admissibles. Le remboursement est accordé uniquement pour l’achat de lunettes ou de verres de contact prescrits par un professionnel et visant à corriger la vision.
Pour plus d’info :

Fréquence de la demande
On doit attendre 2 ans avant de pouvoir soumettre une nouvelle demande pour un même enfant. Ce délai est calculé à partir de la date d’achat qui a mené à un remboursement. Par exemple, si vous avez obtenu un remboursement pour des lunettes achetées le 1er octobre 2019, le prochain achat admissible pourra être fait à compter du 1er octobre 2021.

Pour obtenir le remboursement de 250 $, on doit remplir une demande en ligne.

À savoir aussi : Les examens de la vue
Les examens de la vue pour les moins de 18 ans sont aussi remboursés par le gouvernement à la fréquence d’une fois par année. Pour obtenir le service on a qu’à présenter une carte d’assurance maladie valide lors de l’examen. Pour plus d’info :

Coordination avec MÉDIC
Vous devez savoir que les travailleurs et travailleuse assurés par Médic Construction sont éligibles à ce remboursement.

Médic applique d’ailleurs déjà le 250$ lors d’une réclamation de lunettes ou verres de contact pour un enfant à charge de moins de 18 ans. C’est-à-dire qu’elle indique sur le relevé de paiement que le premier 250$ de la réclamation est couvert par le gouvernement et informe l’assuré de faire sa réclamation auprès de celui-ci. Elle paye la différence non couverte par le gouvernement. Par exemple, pour une réclamation de 400$, 250$ est couvert par le gouvernement, et 150$ par Médic.

Si on réclame une autre paires de lunettes l’année suivante, Médic exigera un document de refus de remboursement de 250$ du gouvernement avant de rembourser la réclamation. Médic payera ensuite le montant réclamé selon les critères en vigueur dans le régime du travailleur ou de la travailleuses pour les enfants à charge.

 

 

Les membres de la FTQ-Construction et de l’Inter rejettent l’idée de devancer les chèques de vacances et d’annuler les vacances de la construction.

Médic Construction: de mauvaises nouvelles pour janvier 2020

Comme vous en avez déjà été informés, l’absence de nouvelles cotisations de la part des employeurs depuis plusieurs années fait en sorte que de nouvelles mesures devaient prises pour assurer l’équilibre financier de Médic Construction.

À compter du 1er janvier 2020, la CCQ appliquera des restrictions sur le remboursement des bénéfices suivants:

  • Médicaments : Substitution générique obligatoire et médicament biosimilaire au prix le plus bas;
  • Aucun remboursement pour les médicaments en vente libre;
  • Aucun remboursement pour les produits injectables pour l’arthrose (à moins de recommandation médicale et d’autorisation préalable de la CCQ).
  • Aucun remboursement pour les lancettes pour le diabète (à moins de recommandation médicale et d’autorisation préalable de la CCQ). *Attention, il n’y a aucun changement pour le remboursement des bandelettes qui permettent de vérifier le taux de glucose dans le sang).
  • Restriction très importante lors de l’achat de chaussures orthopédiques. Une autorisation devra être obtenue de la CCQ avant de procéder à l’achat. Pour en savoir plus, cliquez ici