À propos

UNE PLACE PRÉPONDÉRANTE SUR L’ÉCHIQUIER SYNDICAL

Nos 27 sections locales sont au coeur du fonctionnement du Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International). Chaque section locale détient sa charte d’une union internationale. Comme plusieurs sections locales sont membres de la même union, le Conseil provincial (International) regroupe 13 unions internationales.

Le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International) mieux connu sous le nom de l’Inter est la branche québécoise du plus important syndicat nord-américain dans le domaine de la construction. Il est l’une des cinq associations syndicales représentative sur le territoire québécois dans l’industrie de la construction . 

Il regroupe quelque 42 000 travailleuses et travailleurs de la construction, répartis dans toutes les régions du Québec au sein de vingt-sept sections locales. Nos différents syndicats affiliés sont parmi les plus vieux au Canada et en Amérique du Nord. Plusieurs ont dépassé le cap des cent ans d’existence. Ils sont à l’origine de l’obtention d’une multitude de conditions de travail dont bénéficient encore les travailleurs de la construction mais aussi ceux de d’autres secteurs de l’activité économique.

Sur le plan canadien et américain, le Conseil provincial (International) participe aux activités du Département des métiers de la construction qui représente pas moins de 500 000 travailleurs de la construction au Canada et trois millions aux États-Unis. Cette organisation syndicale réunit plus de 386 sections locales et conseils provinciaux partout en Amérique du Nord.

En choisissant le Conseil provincial (International), vous rejoindrez des milliers de travailleurs de la construction.

DES MÉTIERS BIEN

REPRÉSENTÉS

Une structure par métiers et occupations

À la différence de certaines autres associations, le Conseil provincial (International) propose une structure par métier ou occupation.

Ainsi, en choisissant le Conseil provincial (International) à titre d’association syndicale, un travailleur adhère également à une section locale qui a pour mission de défendre le métier ou l’occupation qu’il exerce. Ses intérêts sont bien protégés. De plus, les sections locales travaillent fort à l’avancement du métier ou de l’occupation qu’elles représentent.

Certaines sections locales réunissent les travailleurs d’un métier, d’une famille de métiers ou d’occupations pour l’ensemble du Québec. On dit alors qu’elles détiennent une juridiction provinciale. D’autres, possèdent des juridictions régionales. Dans ce cas, il y a plusieurs sections locales au Québec qui représentent un métier, une famille de métiers ou une occupation.

Quant au Conseil provincial (International), il intervient dans les dossiers qui touchent l’ensemble des travailleuses et travailleurs de l’industrie de la construction.

Fonctionnement démocratique

  • LE BUREAU DES GÉRANTS D’AFFAIRES

    Une fois par mois, les gérants d’affaires (directeurs) de nos sections locales se réunissent afin de décider des politiques et des actions à prendre pour faire avancer les conditions de travail et de vie des travailleuses et travailleurs de l’industrie de la construction. Lorsqu’ils assistent à ces rencontres, ils présentent le point de vue des travailleurs qu’ils représentent. Très souvent, les décisions se prennent par consensus. Quand ce n’est pas possible, c’est l’opinion de la majorité qui est retenue.

  • BUREAU DE L’EXÉCUTIF

    Notre budget d’opération est constitué par une cotisation de 0,045 $ par heure travaillée versée par les travailleurs, membres de nos sections locales affiliées.

     

    Ces cotisations syndicales sont gérées avec beaucoup d’attention par le bureau de l’exécutif. Ce comité a le mandat de régler toutes les questions d’ordre administrative. Il est composé d’un président, d’un secrétaire-trésorier, d’un secrétaire-archiviste et d’un vice-président pour chaque union internationale. Chaque union internationale doit y être représentée. Les membres du comité exécutif ne reçoivent aucune rémunération pour leur travail.

     

  • DES OFFICIERS ÉLUS

    Le Conseil provincial (International) tient un congrès tous les quatre ans. Le nombre de délégués de chaque section locale est déterminé selon le nombre de membres qu’ils représentent au sein de notre association.

     

    Ces délégués élisent le président, le comité exécutif ainsi que les représentants du Conseil provincial (International) qui siègent sur différents comités.

  • UNE ÉQUIPE DE REPRÉSENTANTS DÉVOUÉS

    Près d’une centaine de représentants syndicaux oeuvrent au sein de nos sections locales. Ce sont des gens de métiers ou d’occupations qui ont à coeur les intérêts des travailleurs qu’ils représentent.

     

    Leur travail syndical est encadré par un code d’éthique qui vise à promouvoir l’excellence et le professionnalisme au sein de leur rang.

     

    Pour prendre connaissance du code d’éthique, cliquez ici.

  • UNE SAINE GESTION

    Les délégués des 27 sections locales affiliées ont adopté à l’unanimité un code d’éthique afin de promouvoir l’excellence et le professionnalisme au sein de notre association syndicale.

     

    Depuis, lors de l’embauche de chaque nouvel agent d’affaires, celui-ci doit s’engager par écrit à respecter ce code qui prône le respect de nos valeurs syndicales et qui assure aux travailleuses et travailleurs une représentation honnête et efficace.

  • UNE REDDITION DE COMPTES MENSUELLE

    Le comité exécutif du Conseil provincial (International), qui assure la gestion financière de notre organisation, doit rendre compte mensuellement de son travail à une assemblée qui réunit les officiers syndicaux de toutes nos sections locales affiliées. Un comité de syndics, élus démocratiquement, et des vérifications comptables effectuées annuellement par des firmes reconnues, viennent s’assurer de notre saine gestion.

     

    Tous ces mécanismes ont été mis en place au fil des ans par les unions internationales afin que les cotisations syndicales qui nous sont confiées soient gérées prudemment.